Maison de Fogasses : Rhapsodie bohémienne en Avignon

img_0194

Lorsque je suis arrivé dans la région, je n’ai pas pensé à Avignon. Ici, curieusement, on envisage la vie plus au sud : Marseille, Aix, Montpellier, Martigues… Tant qu’à quitter le nord, ce n’est pas pour regarder derrière nous! Pourtant, depuis que je suis là, tout (du moins, beaucoup!) me conduit à cette ville. Non, Avignon ne se résume pas à son fameux pont, son Festival, son Palais des Papes, sa Gare TGV. Ni aux origines d’une chanteuse d’un autre temps! Vous le verrez au fil de mes publications, j’ai là-bas quelques adresses, quelques visages à vous faire découvrir, qui valent le détour et méritent même qu’on y descende tout spécialement. hd-fogasses-facade

Je ne pouvais pas évoquer les bonnes adresses du coin sans m‘arrêter d’abord à Avignon. Pourquoi donc, me direz-vous? Parce que c’est là, je crois, que, depuis mon installation en Provence, mon cœur a vibré le plus fort. Je ne parle pas de quelques paysages incroyables, de villages au charme pittoresque et pourtant méconnus. Il y en a à foison; ils vous laissent parfois béats: ni lassitude ni routine, même quand on vit toute l’année entouré de ces beautés-là. Non, je vous parle de vibrations pour un lieu. Un lieu unique. Un havre de paix. Hors du temps et de l’époque. Un espace qui n’existe nulle part ailleurs. En plein centre, dans le quartier piétonnier, à deux pas du fameux Palais des Papes, se trouve un hôtel particulier cossu et imposant dont, à première vue, on ne peut soupçonner les trésors qu’il dissimule. Faites-moi confiance, au 37 de la rue des Fourbisseurs, poussez la porte et entrez. Vous arriverez alors à la «Maison de Fogasses», du nom du seigneur qui jadis en fut le propriétaire. Ce que vous découvrirez, je vous le garantis, ne pourra que vous étonner. Et vous séduire.

img_0995

Comment vous décrire l’indescriptible? Je l’ai déjà dit, «Maison de Fogasses» ne ressemble à rien de ce qui existe déjà. Une maison d’hôtes proposant à la location quelques appartements chics et bohèmes, un restaurant, un bar, un jardin intérieur, parfois des cours de cuisine prodigués par des grands chefs de la région, des spectacles ou des concerts, une boutique d’artistes du cru, des expositions… L’offre est large, toujours en mouvements. D’ailleurs, on ne sait jamais vraiment ce qui nous attend. Quant à la déco, tout confine à la simplicité d’un goût sûr et exigeant mais jamais ostentatoire. «Maison de Fogasses», c’est d’abord et avant tout un état d’esprit, qu’un magazine anglo-saxon a impeccablement décrit comme «an arty bohémien open house».  En clair, voilà la maison de campagne qu’on rêverait d’avoir. Alors immédiatement on s’y sent bien. On sait qu’on y reviendra!

Des girafes pour Noël !corinne-683x1024

Celle à qui l’on doit cette belle parenthèse au cœur de la ville est une femme aussi fantasque qu’attachante, Corinne Guyon. Une ancienne pro de la mode qui, par amour, a quitté Paris il y a longtemps. Devenue courtier en assurances, c’est par hasard qu’elle visita un jour cet hôtel particulier. Et qu’elle en fit l’acquisition. Après d’imposants travaux, elle a ouvert ce lieu qui reçoit désormais autochtones et touristes. Un lieu atypique, vous dis-je, qui pendant le Festival accueille le tout-Paris théâtral et médiatique. Il paraît même que le Premier Ministre et celle de la Culture sont venus y séjourner ou déjeuner. Le reste de l’année? Des jeunes, des plus âgés, des couples d’amoureux ou des familles y résident, prennent un verre ou brunchent le week-end, tous séduits par la politique de la maison : convivialité avant tout. «Chez moi, rien n’est parfait, et c’est très bien comme ça. Il y a toujours un boulon qui manque quelque part. Et alors? L’idée est de s’y sentir bien, comme chez soi!», nous explique la maîtresse des lieux, devenue Présidente de l’association des commerçants du cœur de ville. Une excellente occasion pour partager son dynamisme. «Je voudrais inventer un nouveau métier, qu’on pourrait appeler «synergologue» par exemple. Ou «synergiste»! Dans ce monde difficile, il faut unir nos idées, nos rêves. Cela ne peut que rendre la vie meilleure.» Pour preuve de son bouillonnement permanent (et de son originalité!), à  l’occasion des fêtes de fin d’années Corinne  a eu l’idée d’organiser des animations autour du thème… de la girafe. Hôtels, restaurants, commerces, galeries d’art, musées, les rues d’Avignon seront à l’unisson. «J’ai imaginé que les fameux rênes du Père Noël, réchauffement climatique oblige, avaient dû être remplacés par des girafes. Au début on m’a prise pour une folle; seuls les enfants m’ont suivie. Puis tout le monde s’y est mis!». Passer les fêtes en Avignon, ça vous dit ?

«Maison de Fogasses», 37 de la rue des Fourbisseurs, 83000 Avignon. Toutes les infos sur www.maison-de-fogasses.com

Publicités

Une réflexion sur “Maison de Fogasses : Rhapsodie bohémienne en Avignon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s